Bitcoin: digital gold or trap? Bitcoin : or ou piège digital ?

English and French versions / Versions anglaise et française

Photo by Michal Wuensch on Pixabay

When I started writing this article, the Bitcoin was valued at 14 470 $. In 2017, it fluctuated between 775 and 19 943 $. When you read this paper, it might be worth anything from 0 to 100 000 $ (or more, sky is the limit). But the question I hear very often is: “How much should it be worth?”.

First, as the Bitcoin is a crypto-currency, we need to define the concept of currency, or money. Money has three functions:

  1. Medium of exchange: it allows you to get paid for goods or services, and then use it for other goods or services without resorting to barter.
  2. Unit of account: a standard for measuring goods and services, including in different countries (and currencies).
  3. Store of value: a convenient way of storing wealth, for future use.

On the two sides of the Bitcoin ring, proponents and opponents exchange ideas, opinions, sometimes insults, the ultimate one being stupidity (“You don’t get it!”). Let’s review the 7 most common arguments…

Argument #1

The Bitcoin relies on the Blockchain technology.

Fair enough, it’s promising. Granted, the question of energy consumption needs to be addressed. However, financially speaking, we don’t care. When you get a 100 $ bill, you don’t buy a specific quality of paper, and when you buy bitcoins, you don’t buy a technology.

Argument #2

It’s extremely safe / unsafe.

Well, to proponents I would say that hacking has made the headlines more often than not, lately for 64 M$ on NiceHash, a Slovenian marketplace. To opponents, I would point towards the 100 M$ stolen from the Bangladesh Central bank robbery in February 2016.

Argument #3

It’s rare (limited supply) so the Bitcoin will rise.

Signed pictures of me when I was a child are very rare. However, to my utmost chagrin, they’re worthless. More on argument #4.

Argument #4

Bitcoin is Gold 2.0.

This argument relates to the preceding one. True, gold is the closest thing to an independent currency, with historical legitimacy. There are other contenders, notably silver and diamonds, but the former is not in the same league, and the latter depends on many parameters (clarity, colour, cut). There are three flaws on this argument: (i) the Bitcoin does not have the millenary record of gold as a store of value, (ii) the competition from other crypto-currencies (think Ethereum and Co) means it could become less and less “unique”, unlike gold, (iii) the current volatility makes it a bad candidate for the “unit of account” function.

Argument #5

It’s pure speculation or it’s a typical bubble…

… Generally followed by a reference to one of the most famous bubble in history, the tulip mania in the 17th century. Beyond the exponential rise, there is a similarity and a difference.

The similarity is linked to the fact that you can’t “value” the tulip bulbs nor the Bitcoin. They’re worth what people are ready to pay for them. You may answer that it’s the case for everything, including bonds and shares. However, for financial instruments, you have valuation models (discounted cash flows being a prime example), which you don’t have for the Bitcoin. In that sense, it’s similar to a Monnet or an old Ferrari, without the “pleasure” component.

The difference is that many give the Bitcoin a currency flag. But is it really the case? Until now, currencies were linked to a country or a group of countries (the Euro for instance). As discussed, gold is the closest thing to a non-state currency, and proponents think the Bitcoin can emulate its golden friend. However, gold answers the three functions of money defined in the introduction, unlike the Bitcoin (medium of exchange: yes; unit of account: no, far too volatile; store of value: partially).

Argument #6

When interest rates rise in the developing world, the Bitcoin will crash / surge.

On the minus side, if interest rates rise, assets like gold, art and yes, the Bitcoin, will not benefit from this return on investment.

On the plus side, the other side of the coin is that higher interest rates may mean higher inflation, even if it’s not an immediate danger in the current world. And when inflation increases, safe assets are sought. Could the Bitcoin be a relevant shelter? Before you dismiss this idea as a geek utopia, look at Venezuela. As the Bolivar loses value day-by-day due to hyperinflation, the Bitcoin is a matter a survival, not speculation. By the way, another option is the World of Warcraft “gold”, professionally mined by gamers in the country to support their family.

Argument #7

Anonymity will support / harm the Bitcoin.

First, purists will argue that the Bitcoin is pseudonymous rather than anonymous. Let’s agree it gives you more “discretion” than your typical bank account.

For opponents, when authorities (especially in non-democratic states) signal the end of the game, it will deliver a fatal blow to the Bitcoin. While I agree it would be a negative occurrence, I think that some people do not understand that one of the key reasons behind the dramatic rise of the Bitcoin is precisely this discretion. You may think: drug trade, terrorism, and all the shady guys. Probably, but not only. You have plenty of “normal” people using the discretion the Bitcoin provides for legitimate reasons (lower fees for international transfer, protection in authoritarian countries…).

Besides, whether or not you approve the current efforts to eradicate the tax havens, is it a coincidence that their promised demise occurs at the same time as the hyperbolic rise of digital crypto-currencies?

Conclusion

If you’re 100% sure that the Bitcoin will surge or crash, congratulations: use the CME contracts and you’ll be a millionaire soon.

Else…

Top 3 reasons to buy bitcoins

  1. It’s speculative, so you can make a lot of money
  2. Pseudonymous transactions will support the Bitcoin in a world where many people will have good (or bad) reasons to own them
  3. You’re scared of inflation or spoliation.

Top 3 reasons to sell bitcoins (or not to buy them if you’re not already part of the game):

  1. It’s speculative, so you can lose a lot of money (easy, I know, but also very true)
  2. Bitcoins have no intrinsic value, in the sense that (i) there is no discounted future cash flows,  (ii) it does not fill the three functions of a currency
  3. If sovereign states decide to hurt the Bitcoin (again for good or bad reasons), it will heavily weigh on the crypto-currency.

If you’re in doubt, my advice is to stay away, unless you live in an unsafe place where your money is at risk of spoliation. Yes, you’ve missed one of the most profitable financial opportunities in 2017, and you may miss another one in 2018. Take solace: you may have also missed Facebook IPO (38$ in 2012, 185 $ now) or the cobalt surge (from 15 to 34$/lb in 2017). On the other hand, you may have avoided Altice or General Electric in 2017 (resp. -52% and -42%).

Remember, the four most dangerous words in investment are: “This time, it’s different.”

(Disclosure: I don’t own and I don’t plan to buy or sell bitcoins)

*****

Quand j’ai commencé à écrire cet article, le Bitcoin valait 14 470 $. En 2017, il a fluctué entre 775 et 19 943 $. Quand vous lirez ces lignes, il vaudra entre 0 et 100 000 $ (ou plus, qui sait ?). Cependant, la question que j’entends le plus souvent est : “Combien devrait-il valoir ?”.

Tout d’abord, comme le Bitcoin est une crypto-devise, il est utile de définir le concept de devise, ou de monnaie. Une monnaie a trois fonctions:

  1. Moyen d’échange : elle permet d’être payé pour un bien ou un service, pour être ensuite utilisée pour un autre bien ou service, sans recourir au troc.
  2. Unité de compte : une mesure standard pour les biens et les services, y compris dans différents pays et devises.
  3. Réserve de valeur : un moyen pratique de stocker sa richesse, pour une utilisation future.

Des deux côtés du ring Bitcoin, défenseurs et opposants échangent des idées, des opinions, parfois des insultes, la variante ultime étant la stupidité (“Vous n’y comprenez rien !”). Essayons d’étudier les 7 arguments les plus fréquents.

Argument #1

Le Bitcoin est basé sur la technologie “Blockchain”.

Certes, c’est prometteur. Certes, la question de la consommation d’énergie devra être résolue. Toutefois, d’un point de vue financier, peu importe. Quand vous avez un billet de 100 $, vous n’achetez pas une qualité spécifique de papier; quand vous achetez des bitcoins, vous n’achetez pas une technologie.

Argument #2

C’est extrêmement sûr / risqué.

Aux défenseurs, je dirais que le piratage a fait les gros titres plus souvent qu’à son tour, dernièrement pour 64 M$ sur NiceHash, a plateforme slovène. Aux opposants, je rappellerais le cyber-braquage de la banque centrale du Bangladesh en février 2016, pour 100 M$.

Argument #3

Le Bitcoin est rare (offre limitée) donc il va croître.

Les photos dédicacées de moi lorsque j’étais enfant sont très rares. Pourtant, à mon grand regret, elles ne valent rien. Cf. également argument #4.

Argument #4

Bitcoin est l’or 2.0.

Cet argument est lié au précédent. S’il est vrai que l’or est ce qu’il y a de plus proche d’une devise indépendante, avec une légitimité historique. D’autres prétendants existent, notamment l’argent (métal) et les diamants, mais le premier ne joue pas dans la même ligue, et les seconds dépendent de nombreux paramètres (clarté, couleur, taille). Il y a trois failles à cet argument : (i) le Bitcoin n’a pas l’historique millénaire de l’or comme réserve de valeur, (ii) la concurrence des autres crypto-devises (Ethereum et compagnie) signifie qu’il pourrait devenir de moins en moins unique, à l’inverse de l’or, (iii) la volatilité actuelle du Bitcoin le disqualifie de la fonction “unité de compte”.

Argument #5

C’est de la pure spéculation ou c’est une bulle typique…

… En général suivi de la référence à l’une des plus célèbres bulles de l’histoire, la tulipomanie, au 17ème siècle. Au-delà de l’augmentation exponentielle du prix, il existe un point commun et une différence.

Le point commun réside dans le fait qu’il n’est pas possible de “valoriser” un bitcoin. Il vaut ce que les investisseurs sont prêts à payer pour lui. Vous pensez peut-être que c’est également le cas pour tout le reste, obligations et actions comprises. Cependant, pour les instruments financiers, vous disposez de modèles de valorisation (l’actualisation des cash-flows étant l’un des exemples les plus basiques), ce qui n’est pas le cas pour le Bitcoin. De ce point de vue, le Bitcoin est plus proche d’un Monnet ou d’une vieille Ferrari, sans la composante “plaisir”.

La différence est que certains accordent au Bitcoin le label “devise”. Mais est-ce vraiment le cas? Jusque maintenant, les devises étaient liées à un pays ou un groupe de pays (l’Euro par exemple). Comme évoqué précédemment, l’or est l’exemple le plus proche d’une devise non-étatique, et les défenseurs du Bitcoin pensent qu’il peut imiter son cousin doré. Toutefois, l’or répond aux trois fonctions d’une monnaie définies dans l’introduction, à l’inverse du Bitcoin (moyen d’échange : oui; unité de valeur : non, trop volatil; réserve de valeur : partiellement).

Argument #6

Quand les taux d’intérêt augmenteront dans les pays développés, le Bitcoin s’écroulera / augmentera fortement.

Si les taux augmentent, les actifs tels que l’or, l’art et – oui – le Bitcoin, ne bénéficieront pas de ce retour sur investissement.

Néanmoins, des taux d’intérêt plus élevés peuvent impliquer une inflation plus soutenue, même si ce n’est pas un danger immédiat dans le monde actuel. Et si l’inflation augmente, les actifs sûrs seront recherchés. Le Bitcoin peut-il être une valeur refuge? Avant que vous n’écartiez cette idée comme une utopie de “geek”, jetez un oeil au Venezuela. Comme le Bolivar perd de la valeur chaque jour à cause de l’hyper-inflation, le Bitcoin est devenu une question de survie, et non plus de spéculation. Incidemment, une autre option est “l’or” de World of Warcraft, miné professionnellement par des joueurs dans le pays pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Argument #7

L’anonymat va soutenir /  affaiblir le Bitcoin.

Tout d’abord, les puristes affirmeront que le Bitcoin n’est pas anonyme, mais “pseudonyme”. Admettons qu’il offre un degré de discrétion supérieur à votre compte en banque classique.

Pour les opposants, lorsque les autorités (en particulier dans les pays non-démocratiques) siffleront la fin de la partie, le Bitcoin sera mortellement blessé. Si je suis d’accord sur le fait que cette nouvelle serait négative pour les cours, je crois que certains ne comprennent pas que l’une des raisons clé derrière l’augmentation dramatique du Bitcoin est justement sa discrétion. Vous pensez peut-être: trafic de drogue, terrorisme et tous les maux de la planète. Probablement vrai, mais incomplet. Beaucoup de gens “normaux” utilisent la discrétion qu’offre le Bitcoin pour des raisons légitimes (frais inférieurs pour les transferts internationaux, protection dans les pays autoritaires…).

De plus, que vous approuviez ou non les efforts actuels pour éradiquer les paradis fiscaux, est-ce une coïncidence que leur déclin annoncé se déroule en même temps que la hausse hyperbolique des crypto-devises digitales ?

Conclusion

Si vous êtes sûr à 100% que le Bitcoin va exploser à la hausse ou à la baisse, félicitations: vous pouvez vous servir des contrats du CME et vous serez bientôt millionnaire.

Sinon…

3 meilleures raisons d’acheter des bitcoins :

  1. C’est de la spéculation : vous pouvez gagner beaucoup d’argent
  2. Les transactions sous pseudonymes soutiendront le Bitcoin dans un monde où de nombreuses personnes ont de bonnes (ou de mauvaises) raisons d’en posséder
  3. Vous craignez l’inflation.

3 meilleures raisons de vendre des bitcoins (ou de ne pas en posséder si vous n’êtes pas pour l’instant impliqués) :

  1. C’est de la spéculation : vous pouvez perdre beaucoup d’argent (facile certes, mais vrai…)
  2. Le Bitcoin n’a aucune valeur intrinsèque, dans le sens où (i) il n’y a pas de flux futurs à actualiser, (ii) il ne remplit pas les trois fonctions d’une monnaie
  3. Si les Etats souverains décident de s’attaquer au Bitcoin (de nouveau, pour de bonnes ou de mauvaises raisons), cela pèsera fortement sur la crypto-devise.

Si vous doutez, je vous conseille de vous tenir à l’écart, à moins que vous viviez dans un endroit dangereux, où votre patrimoine risque la spoliation. Oui, vous avez manqué l’une des opportunités les plus rentables de 2017, et vous en manquerez peut-être une autre en 2018. Consolez-vous : vous avez sans doute aussi raté l’introduction en bourse de Facebook (38$ en 2012, 185 $ maintenant) ou l’augmentation du cobalt (de 15 à 34$/lb en 2017). A l’inverse, vous avez peut-être évité Altice ou General Electric en 2017 (resp. -52% et -42%).

Souvenez-vous, les quatre mots les plus dangereux en investissement sont : “Cette fois, c’est différent.”

(Par souci de transparence, je ne possède pas de bitcoins, et je ne pense ni en acheter ni en vendre)

 

 

 

 

5 thoughts on “Bitcoin: digital gold or trap? Bitcoin : or ou piège digital ?

Leave a Reply